< Retour aux articles

Les progrès technologiques ne cessent de s’accélérer et on dispose de plus en plus de nouveaux produits. Vous l’aurez sûrement remarqué autour de vous, nombreux sont celles et ceux qui utilisent, dans les transports en commun, par exemple, des téléphones cellulaires intelligents, les consoles de jeu portatives, les lecteurs MP3, des livres électroniques et le dernier en vogue : la tablette électronique. Les statistiques de ventes de ces nouveaux outils démontrent à quel point ils font partie intégrante de notre quotidien. Rien qu’au premier trimestre de 2011, il s’est vendu 428 millions d’appareils de communication mobile à travers le monde (1). L’utilisation de plus en plus fréquente et prolongée de tous ces appareils a entraîné une recrudescence de certains problèmes de santé rencontrés dans les bureaux de chiropraticiens. Cette tendance a même poussé le Dr Dean L. Fishman, un chiropraticien américain, à inventer le « text neck syndrome » qu’on pourrait traduire en français par « le syndrome du cou texto ».

Cellulaire et douleur

Les causes du syndrome du text neck (cou texto)

Avec la miniaturisation des appareils technologiques, les notions d’ergonomie sont souvent laissées pour compte. Les postures que les utilisateurs adoptent pour manipuler ces appareils ont des conséquences sur leur santé neuro-musculo-squelettique. Les effets combinés des claviers microscopiques, de la flexion prolongée du cou, des postures tendues et des mouvements répétitifs ne sont que quelques-uns des facteurs qui accroissent les malaises provo­qués chez ces derniers.

Les conséquences du syndrome du text neck (cou texto)

Les symptômes les plus fréquents qui sont directement liés au syndrome du « cou texto » sont les maux de tête, la raideur de la nuque et du dos, les douleurs aux poignets et aux épaules, des engourdissements dans les mains et la perte de la courbe naturelle du cou pouvant engendrer des problèmes d’arthrose.

Les recherches

Certaines recherches nous montrent l’importance de remédier à la situation. Comme ce sont les jeunes qui sont les plus grands utilisateurs de ce genre de gadget, les effets à long terme peuvent s’avérer catastrophiques.

Il existe, par exemple, une forte association entre une posture de la tête vers l’avant et une diminution de la force des muscles respiratoires (Cephalalgia, février 2009). De plus, lorsque la tête est avancée d’un pouce (soit 2,54 cm) en avant, cela augmente de 10 lb son poids sur la colonne vertébrale (Physiology of Joints, Vol. 3). La position de la tête vers l’avant peut même affecter le système gastro-intestinal (René Cailliet, MD, directeur du département de médecine physique et de rééducation de l’University of Southern California). Enfin, la position de la tête en avant augmente la compression des disques et peut causer une arthrite précoce (Roentgenographic findings of the cervical spine in asymptomatic people. Spine, 1986 ; 6:591-694).

 

 

Journal de Montréal, publié le jeudi 03 novembre 2011, Association des chiropraticiens du Québec

Inscription à l'infolettre

Soyez au courant des derniers articles de la Vie Chiropratique.

Contactez-nous pour prendre rendez-vous

Suite à un examen chiropratique, neurologique et radiologique approfondi, nos chiropraticiens pourront vous expliquer si la chiropratique est en mesure de vous aider à diminuer, prévenir ou corriger votre problématique. Pour toutes questions concernant notre approche et nos soins, contactez-nous au 418-653-0050. Au plaisir de prendre soin de votre santé!