< Retour aux articles

On associe au phénomène des migraines un certain nombre de facteurs physiologiques et externes. La subluxation vertébrale en est un exemple. Elle se traduit par une restriction du mouvement des vertèbres ou un désalignement de la colonne vertébrale. Les Drs Lemay et Pépin, chiropraticiens, soulagent la douleur et corrigent ces restrictions à l'aide de techniques douces et sécuritaires appelées ajustements chiropratiques. Ces deux chiropraticiens favorisent également certains changements du mode de vie de leurs patients afin de diminuer le risque de déclenchement de migraines. Voici quelques exemples forts intéressants.

migraine et chiropratique

Certains aliments peuvent déclencher l’état migraineux. D’ailleurs, vous pouvez vous protéger simplement en portant attention aux ingrédients indiqués sur l’étiquette et en documentant vos réactions à différents aliments. Des chercheurs italiens ont découvert que la nourriture peut déclencher des migraines et des céphalées de tension. « Environ un tiers des patients ont indiqué une susceptibilité à certains aliments. Le degré de sensibilité ne variait pas de façon significative entre les patients souffrant d’une migraine ou d’une céphalée de tension. Les aliments qui semblaient le plus souvent déclencher les maux de tête étaient les boissons alcoolisées, le chocolat et le fromage. » (Nerva Med 2002; 44 : 27-31).

Pendant les consultations et par le biais de documents d’information, les Drs Rosalie et Jean-François, chiropraticiens, donnent à leurs patients de l’information sur les aliments déclencheurs et les autres facteurs qui exacerbent les migraines. Poursuivez votre lecture pour connaître les résultats des recherches scientifiques qui ont été menées sur les aliments déclencheurs de migraines.

Les aliments déclencheurs de migraine

MSG

Le glutamate de sodium (MSG) ressemble au gaz carbonique : il est invisible, inodore et sans saveur. Le MSG, qu’on trouvait autrefois principalement dans les spécialités chinoises, se cache maintenant dans les aliments en conserve, sous emballage, congelés et dans les autres aliments préparés.

« II est souvent difficile de déceler le MSG dans les plats cuisinés parce que la réglementation actuelle de la Food and Drug Administration (FDA) permet qu’on utilise différents noms dans l’étiquetage des produits alimentaires. Par exemple, des appellations inoffensives comme «protéine végétale hydrolysée» et «saveur naturelle» peuvent camoufler la présence de MSG. » (Consultant 1999, 39 : 3132.)

Chocolat

Le chocolat est un bon exemple de déclencheur de migraine, selon l’avis des chercheurs de l’University of Pittsburgh Medical Center.

Dans leurs études, quelque 63 migraineuses ont été testées et on leur a dit d’éviter les déclencheurs connus, dont l’aspartame, la caféine et le MSG. Chaque sujet s’est présenté quatre fois au laboratoire. Les femmes ont reçu des barres de chocolat à deux reprises et des barres de caroube les deux autres fois. « La moitié des 63 volontaires ont constaté le début d’une migraine dans les douze heures suivant la consommation des barres de chocolat. Trois patientes ont également ressenti des céphalées de tension après la consommation de ces même barres de chocolat, sans toutefois arriver à déclencher un état migraineux» (Tufts University Health & Nutrition Letter 1998; 16 : 1).

Certaines autres études semblent par contre dire l’inverse. La très réputée Mayo Clinic révèle dans une étude du Tufts University Health & Nutrition Letter que ces chercheurs n’ont découvert aucun lien sûr entre le chocolat et les allergies, les maux de tête, la dépendance et l’acné. Ils ont conclu que le chocolat est riche en matières grasses, mais que le fait d’en consommer de façon modérée ne pose aucun danger pour la santé.

Les résultats varient donc d’une personne à l’autre. À vous de vérifier si le chocolat vous pose plus de problèmes que de plaisirs !

Vin rouge

Le vin rouge, par sa composition en sulfites, est sans contredit le plus grand déclencheur de migraines. Les sulfites contiennent du soufre et un nombre sous-optimal d’atomes d’oxygène. Il attrape donc l’oxygène avant qu’il ne puisse réagir avec les aliments et le détruit. » (Harvard Health Letter 2002; 27:1)

Depuis quelques années, on voit une marée de controverses entourant le lien migraines-vin. Selon certains chercheurs, les réactions négatives au soufre (contenu dans les sulfites) déclencheraient surtout des problèmes respiratoires et non des migraines. Et même si l’on associe habituellement les migraines au vin rouge, le vin blanc contiendrait encore plus de soufre que son homologue rouge. De quoi se poser des questions ?

D’autres chercheurs croient cependant que le véritable déclencheur de migraines est l’histamine qui est contenu seulement dans le vin rouge. Le vin blanc n’utilise que le jus du raisin, tandis que le rouge utilise tout le fruit, y compris l’enveloppe qui contient des composés d’histamine. Le tannin naturel qui donne au vin rouge sa couleur riche est une autre possibilité « Plusieurs expériences soigneusement contrôlées en laboratoire ont prouvé que le tannin entraîne une sécrétion marquée de sérotonine par les plaquettes sanguines. Ces taux élevés de sérotonine causent fréquemment des maux de tête ». (Harvard Health Letter 2002: 27: 1)

Produits laitiers?

Une étude réalisée en Pologne a révélé que les attaques de migraine étaient produites le plus fréquemment par le lait de vache (chez 10 patients sur 17) et le fromage suisse (4 patients sur 17) parmi toute une gamme d’aliments testés. Les aminés comme la tyramine, sous-produits naturels que l’on retrouve dans les fromages, ont été pointés du doigt comme l’un des agents les plus responsables des états migraineux. (N Eng Reg Allergy Proc. 1987: 8: 39-46).

Caféine

La caféine est retrouvée partout : dans les boissons gazeuses, les médicaments, le café et récemment, les boissons énergiques. Quant est-il de son lien avec les tendances migraineuses ?

À vrai dire, pour chaque étude sur la migraine qui met la caféine en cause, il en existe une autre qui dit tout le contraire en racontant que la caféine est en fait un agent calmant qui diminue les risques de migraine.

Si vous croyez que la caféine est un déclencheur de vos migraines, essayez de la diminuer graduellement de votre alimentation pendant deux ou trois semaines. Au tout début, le retrait de la caféine pourrait vous causer des maux de tête. Essayez tout de même de persévérer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus trace de caféine dans votre organisme. Ce processus d’élimination progressive des facteurs de risque vous permettra de noter les agents à éviter et ainsi de diminuer vos risques de développer de migraines. Il faut du temps et de la patience, mais ce processus d’élimination s’avère souvent fort efficace.

Aliments gras

Selon des chercheurs de la University of California, « les grandes quantités de lipides dans le sang et les fortes concentrations d’acides gras libres sont les plus grands déclencheurs de migraine. » (J Womens Health Gend Based Med 1999: 8: 623-630)

Des chercheurs ont recruté 54 patients chez qui on avait déjà diagnostiqué une migraine dans le passé pour participer à une étude sur 12 semaines. Les sujets ont tenu un journal alimentaire pendant les 28 premiers jours, notant simultanément l’arrivée des migraines. À la fin des 28 jours, on a demandé aux sujets de limiter à moins de 20 grammes leur apport quotidien en gras. «La réduction du gras dans l’alimentation a entraîné une diminution statistiquement significative de la fréquence, de l’intensité et de la durée des céphalées, ainsi que de la prise de médicaments. » (J Womens Health Gend Based Med 1999; 8: 623-630)

Ne souffrez pas de migraine en silence

Si vous êtes l’une des nombreuses personnes qui souffrent de migraine, parlez-en à un professionnel de la santé. L’efficacité de la chiropratique pour soulager les douleurs de la migraine a été prouvée à plusieurs reprises.

Par exemple, ces statistiques de cette étude réalisée en Australie. La recherche portait sur 127 volontaires âgés de 10 à 70 ans. Après seulement 2 mois de traitement chiropratique (avec un maximum de 8 manipulations par mois), 32% des patients ont signalé une diminution de plus de 90 % des migraines et environ 50 % des participants ont signalé une amélioration notable pour chaque épisode migraineux. » (J Manipulative Physiol 7 feb 2000; 23 : 91-95).

Souffrir en silence ne fait qu’aggraver le problème et vous empêche de mener une vie pleinement satisfaisante. Brisez le silence et demandez l’aide à votre chiropraticien dès aujourd’hui !

Journal alimentaire

Les aliments déclencheurs de migraine ne sont pas les mêmes pour tout le monde. La meilleure façon de dépister les malfaiteurs, c’est de tenir un journal alimentaire. Certaines migraines se manifestent immédiatement et d’autres, après plusieurs heures.

Observez et notez en particulier :

– Ce que vous avez mangé.
– La quantité consommée.
– La combinaison possible avec un autre aliment?
– Le moment de la journée.
– Votre niveau de stress.

Plus vous notez de renseignements, plus vous serez capable de faire un lien entre les aliments consommés et vos épisodes de migraines.

Pour toutes questions concernant les maux de tête et les migraines, consultez votre chiropraticien, il se fera un plaisir de répondre à vos interrogations.

La Vie Chiropratique
4875, Rue de la Promenade-des-Soeurs
Québec, QC, G1Y 2W2
(418) 653-0050

Présenté par Dre Rosalie Lemay, chiropraticienne et Dr Jean-François Pépin, chiropraticien

www.laviechiropratique.com

Chiropraticiens à Québec

Inscription à l'infolettre

Soyez au courant des derniers articles de la Vie Chiropratique.

Contactez-nous pour prendre rendez-vous

Suite à un examen chiropratique, neurologique et radiologique approfondi, nos chiropraticiens pourront vous expliquer si la chiropratique est en mesure de vous aider à diminuer, prévenir ou corriger votre problématique. Pour toutes questions concernant notre approche et nos soins, contactez-nous au 418-653-0050. Au plaisir de prendre soin de votre santé!